Billets de la catégorie "Tourisme"

Mercredi 5 septembre 2007

Rome - jour 3

Le soleil se lève sur notre troisème jour à Rome. Encore une fois il n'y a aucun nuage à l'horizon. Pour ce 15 août, nous avons décidé de remonter dans le temps et de traverser les âges pour aller à la découverte de la Rome Antique. Nous avion lu que le Colisée pouvait être un vrai four en plein après midi... c'est donc tout naturellement que nous y commencerons notre journée (finalement le Forum aussi peut être un véritable four ;-)

colisée entrée du colisée colisée

Très sympa le Colisée, aucune file d'attente, ça change d'hier... Bon c'est peut être aussi parce qu'on s'est levé tôt. C'était bien ça, parce que lorsqu'on est ressorti , il débordait de partout. Quand on arrive devant ce monument, on se sent vraiment tout petit, puis il faut trouver l'entrée qui n'est pas fléchée évidemment. De toute façon, c'est un ovale donc on risque pas de la louper. Certes mais si on pouvait tourner dans le bon sens, ça m'arrangerait ;-) On entre par le "côté" où le premier mur d'enceinte n'existe plus, puis on s'engouffre entre les deux murs à la recherche du précieux sésame. Le Colisée s'offre enfin à nous... un seul constat s'impose : c'est en ruine et il est difficile de s'imaginer à quoi ça devait réellement ressembler (même avec quelques explications). On prend notre temps, on profite qu'il n'y ait pas encore trop de monde, on fait le tour des deux étages calmement. On apprend qu'il est dans cet état car les pierres ont été réutilisées pour construire d'autres bâtiments important de Rome jusqu'au XIIIe siècle. Les photos malheureusement ne dégagent pas vraiment l'impression qu'il s'y dégage.

palatin romain forum romain

Parfois on peut croiser un légionnaire qui a l'air perdu aux abords des monuments de la Rome Antique, qu'attend-il ? On ne sait pas... Mais avant de se diriger complètement vers le Forum Romain, nous faisons un petit détour par le Palatin (qui borde le Forum en fait). C'est dans ce lieu que, selon la légende, Roumulus fonda Rome. La promenade sur cette colline permet d'avoir de beaux points de vue sur le Forum Romain. De plus, on y découvre de nombreuses traces des palais que les empereurs s'y sont fait édifier... ça en fait des tas de cailloux ;-) Après avoir bénéficié de l'air "presque frais" sur la colline, nous pouvions enfin redescendre dans le Four Forum Romain.

forum romain colonnes vespasien arc de septime severe

Voilà, nous nous trouvons dans le coeur de la vie sociale, politique, religieuse et juridique de la Rome d'il y a 2500 ans. "Alors vos impressions en direct ?" ... c'est loin mais c'est beau ! C'est assez impressionant de voir ce qu'ils pouvaient construire à l'époque (un coup de fouet peut vous faire soulever des montagnes ;-) C'est quand même assez remarquable qu'on ait pu retrouver ses vestiges. On se demande sans arrêt pourquoi ces trois colonnes sont restées debout alors que leurs petites soeurs sont tombées, pourquoi ce pan de mur et pas tout l'édifice... Là encore les pierres ont été réutilisées à travers les âges pour de nouvelles constructions. Après l'âge de la Rome Antique et jusqu'en 1803, le Forum était une simple carrière qui servaient à bâtir les forteresses médiévales et les églises baroques. Avant de continuer notre route, on se retourne une dernière fois en haut des escaliers pour avoir un joli parnorama sur le Forum. On continue notre route dans la Rome Antique vers des lieux plus calmes, cela nous conduit jusqu'à la fin de cette journée. Demain il faudra encore marcher pour voir les autres trésors que Rome a à proposer. N'oubliez pas que vous pouvez voir l'album complet de Rome ici (130 photos).

Lundi 3 septembre 2007

Rome - jour 2

Ce deuxième jour de vacances nous permit d'ajouter un nouveau pays à mon tableau de chasse. Ainsi le Vatican devient le 15ème état où j'ai mis les pieds pour y visiter quelque chose. A vrai dire, je n'ai pas vraiment eu l'impression de traverser une frontière. Le conseil de la veille était de se lever tôt, à 8 heures on quittait donc l'hotel en direction du Vatican. L'important est de commencer par les musées du Vatican qui ont réduit leurs horaires, afin d'éviter la queue. Or tout le monde doit avoir les mêmes conseillers puisqu'on n'était pas les seuls ! C'est bizarre tout ce monde puisqu'on avait lu que les musées ouvraient leurs portes à 10 heures... Bref, on se met bien sagement dans la queue et on attend. 30 minutes passent sans qu'on ait avancé d'un pouce, Juliette remonte donc les gens pour voir jusqu'où va la queue (on ne voyait pas la porte d'où on était). Elle revient en disant qu'il y a presque autant de personnes qu'on voit devant nous de l'autre côté de l'angle. Mais les portes sont bien fermées... jusqu'à 10 heures ! 9h30 on avance de 10-20 pas et ainsi de suite toutes les 5-10 minutes. A 10h15 on passe enfin la porte d'entrée. Il y avait donc 45 minutes de queue au point où on est arrivé, mais pendant l'heure et quart où on a attendu sans bouger, les gens s'aglutinaient sans cesse encore derrière nous. Une grande partie de notre matinée a donc été passée au pieds d'un mur d'enceinte du Vatican...

attente escaliers salle des cartes

Les musées occupent une partie des palais voulus par les papes successifs. On passe de salles en salles, de couloirs en couloirs pour y admirer des statues, des tapisseries mais aussi la décoration des murs avec notamment la salle des cartes et la bibliothèque. Après plusieurs détours et un aller-retour inutile dans les couloirs des musées, nous arrivons enfin à la chapelle sixtine. A l'intérieur les photos sont interdites... je respecte mais ce n'est pas le cas de tout le monde ! Le silence est aussi de rigueur, mais plusieurs dizaines de personnes confinées dans un espace clos, cela fait toujours du brouhaha, et puis il y a les gardiens qui s'égosillent à dire "no foto, no pictures" aux récalcitrants... C'est très joli, les peintures sont magnifiques, et la symbolique est forte, je me demande néanmoins si ça vaut vraiment le fait d'être prix dans le flux de visiteurs coudes à coudes de la porte d'entrée à la sortie de la chapelle... Depuis les fenêtres des couloirs, on peut voir aussi les jardins du Vatican mais que ne peuvent que se visiter le samedi et sur rendez-vous.

basilique saint pierre Basilique Saint Pierre Basilique Saint Pierre

Ensuite venait le tour tout naturel de la basilique Saint Pierre. On était si proche lorsqu'on était à la chapelle sixtine... cependant il a fallu se taper tout le tour pour arriver place Saint-Pierre (d'où nous sommes en direct, évidemment). Là encore, il a fallu encore faire la queue au contrôle de sécurité. Seulement, c'était un peu comme un gros goulot d'étranglements (genre pour faire rentrer les bestiaux à l'abatoir) et chaque nationalité a sa petite méthode pour essayer de passer devant... en tout cas, nous français, ne sommes pas les derniers à tenter, mais on est au moins très discret (c'est pas le cas de tout le monde). Au fait, la place Saint Pierre est gigantesque ! Mais en même temps, elle ressemble à la place du peuple avec beaucoup plus de monde. Après avoir survécu au soleil de plomb, il faut passer le contrôle de bien-séance... pire qu'en boîte de nuit ! Il ne faut pas avoir les épaules découvertes, ni le nombril trop à l'air, et le bermuda ou la jupe en dessous du genou. En général tout le monde est prévenu et passe le contrôle sans problème. Certains improvisent un petit strip tease au milieu de tout le monde pour mettre un pantalon. Mais il y a toujours quelques étourdis qui se font refoulés et qui râlent (comment avez vous deviné qu'ils étaient français ?).

Place Saint Pierre gardes suisses chateau saint ange

Nous voilà donc dans l'église catholique la plus grande du monde. Joli... si vous voulez mon avis, tout est fait pour montrer que la religion catholique est puissante et riche... mais c'est quand même joli ! Les murs s'élevent à des hauteurs inimaginables, il y a des dorures et des marbres dans tous les coins et recoins. Une fois le tour effectué, la montée à la coupole vaut le détour. La montée en elle-même est assez étrange puisqu'on se demande quand elle va finir. A chaque fois qu'on voit le bout d'un escalier, un plus petit et plus escarpé se tient devant nous. En plus tout le monde n'a pas dû lire qu'il fallait monter 532 marches pour arriver au sommet... du coup ça crée des bouchons pas très agréable à vivre. Au moins la vue en vaut vraiment le coup, l'un des meilleurs points de vue de Rome s'offrent à nous. La place Saint Pierre et les Romains sont à nos pieds. En repartant, un petit détour par le chateau Saint Ange termine notre journée bien remplie... d'attente surtout. Demain ce sera la Rome Antique... vous pouvez dès à présent voir l'album complet de Rome ici (130 photos quand même).

Dimanche 2 septembre 2007

Rome - jour 1

Il y a 3 semaines exactement, nous nous levions à l'aube et prenions l'avion pour Rome. On allait y passer 5 jours et enfin pouvoir découvrir la capitale du pays qui nous accueille depuis 2 ans. A 11 heures, on posait nos valises à l'hotel, un bon petit hotel avec un bon rapport qualité-prix-emplacement. Il s'agit de l'Hotel Angel que se trouve à 10 minutes du Vatican.

Place du Peuple Eglises jumelles

Casquette vissée sur le tête, lunettes de soleil chaussées, nous étions apte à découvrir la ville. On commençait par un itinéraire qui survolait les grandes curiosités de la ville qu'on allait recroiser plusieurs fois durant notre séjour. Direction via del corso qui est une rue très animée et centrale accueillant beaucoup de piétons. On tourne à gauche et on tombe sur une première église... question église on était déjà bien servis à Lecce, mais à Rome on dirait qu'il y en a encore plus ! On rentre puisque c'est la première... c'était superbement décoré ! 20 mètres plus loin, une seconde église sur le trottoir d'en face... on rentre également, mais à ce rythme là on n'est pas près de faire le tour de Rome ;-) Finalement, on arrive à la Place du Peuple où on trouve un obélisque, deux petites fontaines, une porte monumentale, deux églises jumelles d'un côté et une autre église en face qui porte le nom de Saint Marie du Peuple puisque sa construction avait été financé par le peuple. Bien que jolie, je la trouve froide cette place... peut être parce qu'elle est grande et qu'il n'y a pas vraiment de cafés qui la bordent pour lui donner vie.

Place d'Espagne Fontaine della Barcaccia Ambassade d'Espagne

On prend une rue parallèle à la via del corso pour rejoindre la Place d'Espagne. Voilà une place qui est nettement plus jolie... par contre elle est nettement trop peuplée !! Au centre, il y a la Fontaine della Baraccia dans le prolongement de laquelle un grand escalier mène jusqu'à un autre obélisque et surtout l'église de la Trinité-des-Monts (église française) qui subissait un petit ravalement de façade. Les escaliers sont pris d'assaut par les romains et les touristes qui prennent bien garde de suivre l'ombre des batiments. Jolie place mais la surpopulation ne me la rend pas super agréable. On prend quand même le temps de l'admirer et de profiter. Aux alentours, ça sent le luxe... toutes les grandes marques y sont : Gucci, Yves Saint Laurent, Chanel, Louis Vuitton, Dolce&Gabbana, etc. Ce n'est pas d'ici qu'on ramènera un souvenir !

Fontaine de Trévi Palais de la Chambre des députés Fontaine

Un petit coup d'oeil sur la carte pour prendre la bonne direction et on repart. Nous passons devant le palais de la Chambre des députés, devant celui de la présidence du Conseil et près de la colonne de Marc Aurèle. On arrive enfin à la fontaine de Trévi. Maginique fontaine tout en allégorie qui occupe tout le pan de mur d'un palais. Ici encore tout le monde s'est donné le mot pour passer en même temps nous... (j'ai bien peur en fait qu'il y ait tout le temps du monde). Pas facile de faire une photo sans avoir 50 têtes au premier plan, mais à bout de bras ça peut le faire. Je ne sais pas si on reviendra un jour à Rome puisque nous n'avons pas jeté de pièce dans la vasque...

Plafond d'église Basilique Sainte Marie des Anges Place de la République

Allez la journée n'est pas finie... On poursuivra notre route jusqu'à Place de la République en passant devant le palais du Président de la République, puis devant d'autres églises et fontaines. Place de la République se trouve la Basilique Sainte Marie des Anges qui fut construite au coeur des thermes de Dioclétien. Ainsi on ne peut pas dire que sa façade soit terrible, mais son intérieur est immense et richement décoré. Ce sera tout pour ce premier jour de découverte de Rome... demain nous visitons un autre pays : le Vatican ! Vous pouvez dès à présent voir l'album complet de Rome ici (130 photos quand même).

Vendredi 8 juin 2007

A la découverte de la côte slovène

Samedi dernier était organisé une excursion à Piran une ville sur la côte Slovène (pour ceux qui ne suivent pas, c'était à partir de Ljubljana). La Slovénie ne possède que 45 km de côte (ce n'est pas beaucoup), mais quand on regarde une carte, on comprend mieux pourquoi : l'Italie s'est gardé une bande de 70 km de long et de 5 km de large le long de la mer pour ne pas "perdre" Trieste. Les frontières ont en effet bougés plusieurs fois dans ce coin-là au cours du siècle dernier. Du coup, la Slovénie ne possède pas de port majeur mais plutôt 4 ou 5 petits ports dont Piran, qui se trouve être par la même occasion le point le plus à l'ouest de la Slovénie !

Campanile de Piran Fabrique de jambon fumé à Piran Phare de Piran

Environ 150 km séparent Ljubljana de Piran, du coup on s'est arrêté visiter la grotte Škocjanske en passant. 1h30 de marche en passant de salles en salles pour atteindre la grotte la plus haute de plafond d'Europe : elle faut approximativement 150m de hauteur... même pas peur. Ensuite nous avons visité une fabrique de pršut (jambon fumé), c'est assez impressionant de voir des murs couverts de jambon... Cette visite fut aussi accompagnée d'une dégustation... ça tombait bien puisqu'il était sur les coups de midi !

Piran Piran

Nous sommes finalement arrivés à Piran en début d'après midi et avons pris le temps d'arpenter ses ruelles jusqu'à son campanile d'où la vue est imprenable ! On voit l'Italie de là haut... mais on a aussi une vue plongeante sur toute la ville. Ce n'est pas une très grande ville (c'est le moins qu'on puisse dire), mais elle a son charme !! Nous avons terminé la journée (comme les autres à Ljubljana) par un bon restaurant. Le serveur nous a apporté les poissons frais sur un plateau roulant pour nous faire choisir. Ce fut très bon.

Mercredi 6 juin 2007

Visite de Ljubljana

Vous en rêviez depuis mon retour, voilà enfin le récit de mon voyage en Slovénie ! Au programme, il y avait dont deux jours de travails intensifs pour 1 jour de visite de Piran et 1 jour et demi pour profiter des charmes de Ljubljana. C'était donc alléchant, et la réalité ne démentit pas ce constat prémonitoire ! On peut dire que la capitale slovène porte bien son nom puisque Ljubljana signigie "la ville qu'on aime". C'est une capitale à taille humaine puisqu'elle n'est peuplée que de 400 000 habitants. Forcé de constater qu'il doit être très agréable d'y vivre. C'est une ville vraiment jolie et sympathique, qui semble très paisible (remarque à moi-même : peut être que tout semble paisible à côté de l'Italie ? ;-)).

chateau de Ljubljana pont des dragons

Elle se trouve sur le parcours des deux rivières que sont la Ljubljanica et la Sava. Son centre historique s'en trouve d'ailleurs encerclé, c'était sûrement une défense naturelle à l'époque de la construction du Château, qui en plus se trouve sur une petite colline. Ljubljana se trouve dans une vallée, ainsi la vue est totalement dégagé pour celui qui veut bien monté dans la tour de l'horloge du château. De là, une vue imprenable sur la ville nous est offerte... et cette vue s'étend jusqu'aux montagnes environnantes culminant à 2000 mètres. Comme toutes les villes dotées d'un fleuve ou d'un canal, les rives de la Ljubljanica permettent de faire de très jolies photos en jouant avec les reflets des habitations et de la lumière.

Pont des cordonniers Les Trois Ponts

Evidemment, pour aller d'une rive à l'autre, il faut des ponts qui sont souvent remarquables. Il y a tout d'abord le pont des dragons qui tire son nom des dragons situés à ses extrémités et aux pieds de ses lampadaires. Puis on trouve les Trois ponts, qui sont une particularité architecturale de Ljubljana composée du vieux pont de pierre datant de 1842 et de deux autres ponts latéraux plus étroits ajoutés en 1931. L'ensemble de ces trois ponts constitue une entrée harmonieuse dans le vieux Ljubljana tout en donnant sur la place centrale où tout le monde se retrouve (place Prešeren). On peut terminer avec le pont des cordonniers qui ressemblait, avant sa rénovation, au Ponte Vecchio de Florence. En effet, il était couvert et bordé d'échoppes d'artisans d'où il tira son nom. Mais maintenant, c'est un pont comme les autres.

Eglise de l'Annonciation Cathédrale Saint Nicolas

Les amateurs d'église ne seront pas en reste. Par contre, il faudra pouvoir jongler avec les 9 offices célébrés quotidiennement et la fermeture entre midi et deux. Cela demande un tout petit d'organisation pour évidemment ne pas visiter pendant les messes. C'est faisable et ça vaut le coup ! Des couleurs assez vives à l'extérieur (jaune ou rouge), on passe à de nombreuses fresques peintes sur les murs et plafonds des églises et de la cathédrale.

Le vieux Ljubljana Opéra et Théâtre national

Evidemment, il ne s'agit que d'une liste non exhaustive des lieux à découvrir. D'autres bâtiments, ruelles ou lieux vous attendront lorsque vous vous perdrez volontairement dans les rues du vieux Ljubljana. Néanmoins, cela reste une ville relativement petite qui peut très bien se visiter sur un un week end. De plus, vous pourrez profiter de ses arbres et espaces verts nombreux qui sont à l'image du pays (50% de la surface de la Slovénie est recouvert de forêt). Cela lui donne une atmosphère très agréable.

Pour voir l'album photo complet, c'est ici

Samedi 26 mai 2007

Cours intérieures

Dimanche dernier c'était la journée des cours intérieures à Lecce. Après un pic-nic sur la plage un peu couvert et venteux (on aurait dû choisir l'autre mer !), nous nous sommes rabattus pour finir cette journée sur Lecce et ses cours ouvertes. Dans le centre historiques 25 maisons bourgeoises avaient ouvert leurs portes pour faire visiter leurs cours.

cortili

Il y en avait pour tous les goûts : des grandes, des petites, des jardins, ... Mais en tout cas, elles ont eu un franc succès puisque beaucoup de monde se bousculaient dans les rues étroites pour aller de cours en cours. Notre dimanche avait moyennement commencé puisqu'on avait choisi le mauvais côté pour aller à la plage, mais il se termina nettement mieux avec la visite de ces trésors cachés. Je vous laisse avec cette jolie mosaique des photos que nous avons prises.

Vendredi 13 avril 2007

Florence (3/3)

Place du Duomo Toutes les bonnes choses ont une fin et aujourd'hui se présente à vous le dernier billet résumant notre week end à Florence. 3 billets pour 3 jours sur place... c'est une bonne moyenne ! Florence ne fait pas exception aux villes italiennes que nous avons visité (je ne voudrais pas généraliser à toute l'Italie même si je ne suis pas loin de le penser): il y a beaucoup d'églises. Il serait trop long de les citer toutes et je vous parlerai uniquement de celles que nous avons visitées (elles sont déjà nombreuses). Commençons par la Cathédrale en la présence de la Basilique Santa Maria del Fiore. Quatrième plus grande église d'Europe par sa taille, son extérieur est majestueux et assez surprenant et moderne. En effet, elle est recouverte de marbres blancs, verts et rouges... en deux mots, très joli. Par contre, l'intérieur est totalement dépouillé et n'est pas très intéressant. C'est tout le contraire de la basilique Santa Croce dont l'extérieur est assez banal - mise à part la façade qui est du même style que la Cathédrale - mais dont l'intérieur peut être comparé au panthéon français puisqu'y reposent des personnages illustres comme Galilée, Michelangelo ou Machiavel. L'église Santa Maria Novella présente de supebres fresques peintes sur les mûrs alors que l'église de San Lorenzo est assez décevante (une fois n'est pas coutume ;-). Sur la place de la cathédrale, le Baptistère et la campanile forment un très joli tryptique avec la Cathédrale elle-même. Le Baptistère est considéré comme le plus ancien bâtiment de la ville.

Galerie des Offices Florence renferme quelques musées majeurs... que nous n'avons pas visité. Nous nous sommes contentés des oeuvres présentes dans les palais, dans les églises et dans les jardins. On a quand même visité les musées qui étaient incorporés aux palais ou aux églises comme la galerie Palatine. Mais nous n'avons pas fait le musée des Offices qui est pourtant le plus beau musée de peinture d'Italie (et l'un des plus importants au monde). Le revers de la médaille est qu'il faut réserver sous peine de faire 3 heures de queue (ce qui entame pas mal une journée). Il ne faut pas non plus louper (normalement) la Galerie de l'Académie qui est incontournable à Florence, pourtant on est bien passé juste à côté... C'est un petit peu ma faute car je ne suis pas un grand fan des grands musées. En tout cas, ce n'est en général pas la première chose qui m'attire dans une ville. Je préfère voir différents lieux et choses plutôt que de rester dans un seul lieu pendant 3 ou 4 heures à regader des oeuvres d'art aussi belles soient elles. De plus lorsque des palais ressemblent déjà à des petits musées, ça me ferait une overdose de musées.

Place de la Signoria J'en terminerai avec notre périple (fort agréable) à Florence par des petites anecdotes. Commençons par la cuisine, qui si elle reste italienne est quand même différente de celle des Pouilles. Bien entendu on trouve toujours les pâtes et le café. Mais la Toscane est aussi une région de viande ! Elle produit, entre autres, beaucoup de salaisons. Pour les amateurs de viandes rouges (et les gros appétis), ne manquez pas la Bisteca alla Fiorentina: une énorme côte à l'os cuite au grill. Elle est vendue dans les restaurants au kilo et en général pour deux personnes minimum (mais en comptant 500g par personnes environ). Les restaurants typiques se prénomment des Buca... ils ne paient pas de mine puisqu'ils ont en général une pièce en sous-sol et ne sont signalés que par une carte devant une petite porte qui donne sur un escalier qui descend. Pas très engageant comme restau' mais détrompez-vous, la cuisine y est succulente et les serveurs très sympa. Nous avons testé pour vous la Buca San Giovanni qui se trouve en face le Baptistère. C'était vraiment bon pour un prix juste. On a pu repartir avec la fin de la bouteille de vin qu'on avait bu qu'à moitié (ça ne se verrait jamais en France une telle chose). Et la table d'à côté sont partis avec le reste de leur Bisteca qu'ils n'avaient pas réussi à finir (et ils étaient pourtant florentins !). Il y a également de très belles places à Florence comme la place de la Signoria avec sa fontaine de Netpune et ses nombreuses sculptures. C'est un vrai musée en plein air ! Enfin, nous n'avons pas été au top de l'organisation pour la manifestation de Pâques "Lo Scoppio del carro" (l'explosion du char). Le dimanche de Pâques, un char tiré par quatre boeufs harnachés, décorés et aux sabots et cornes dorées, parcourt la ville. Il est chargé de feux d'artifice et de pétards qui sont mis à feu sur la place de la Cathédrale. Nous l'avons manqué parce que nous n'avons pas demandé à quelle heure cela avait lieu, pensant qu'on le verrait sans problème. Eh bien non, c'était de 8h à 12h le dimanche matin... Tant pis pour nous, mais Florence reste évidemment un très bon souvenir et une destination que nous vous conseillons. Vous pouvez aussi voir l'album photo ici.

Jeudi 12 avril 2007

Florence (2/3)

Ponte Vecchio Après les considérations historiques d'hier, nous allons pouvoir jouir des plaisirs de Florence qui sont au nombre de cinq: les églises, les palais, les musées, les jardins et la cuisine. C'est pourquoi je commencerais en vous parlant d'un pont: le Ponte Vecchio. Je préfère garder le nom italien car la traduction donne "le Vieux Pont" et ça ne sonne pas top niveau. C'est un des symboles de la ville. Il traverse l'Arno dans son point le plus étroit. Sa construction (la seconde) en pierre fut réalisé en 1345. Sa particularité réside dans le fait qu'il possède des boutiques sur tout son long. On pourrait dire des bijouteries car seule une boutique de glaces à l'entrée n'en est pas. Surplombant l'un des deux côtés, on peut voir le "Corridor de Vasari" qui permettait aux Médicis de rejoindre le Palais Pitti depuis le Palais Vecchio et les Offices sans les dangers de la rue. C'est l'unique pont de Florence qui a échappé aux destructions de la seconde guerre mondiale et nos yeux ne peuvent que s'en féliciter. Je me demande qui a eu l'idée première de construire sa boutique sur un pont ? Quelqu'un a qui on avait dit jadis interdit de la construire en ville... il s'était donc mis sur le pont pour être en règle mais être plus proche que ceux de la rive voisine ?? (je ne vois pas d'autre explications). Une petite anecdote sur ce pont, les amoureux laissaient des cadenas avec leurs intiales accrochés sur les grilles et aux abords du pont. C'était pour symboliser leur amour. Mais "Jeneséki" a décidé de les faire enlever, du coup une des attractions de Florence a disparu... mais elle commence à réapparaître... regardez plutôt par là.

Palais Vecchio Il y a quelques palais parsemés dans Florence mais ils ont une architecture extérieure assez austère selon moi. Nous avons quand même visité les deux principaux que sont le Palais Pitti et le Palais Vecchio. Le premier est le plus grand palais florentin avec ses 32 000 m2 pour lesquels 5 siècles furent nécessaires à leur construction. Sa façade est composée de blocs rectangulaires qui lui donnent une allure massive et imposante (mais aussi austère comme je le disais). Les Médicis l'acquirent en 1560 pour en faire leur résidence principale. De nos jours, ils abritent plusieurs musées notamment la Galerie Palatine abritant les collections d'oeuvres d'art rassemblées par la famille Médicis. Elle sont exposées dans les salles du palais qui, selon moi, sont parfois plus intéressantes que les oeuvres. Quoiqu'il en soit, on peut également visité les appartements royaux en passant de la salle rouge, à la salle bleu, à la salle jaune, à la salle verte (éh non c'est la salle des perroquets), à une deuxième salle rouge (non plus, c'est la salle du trône), etc. Le Palais Vecchio, quant à lui, a presque plus une allure de chateau avec sa grande tour. Il s'agit en fait d'un beffroi mais qui servait tout de même de tour de guêt. Datant du XIIIe siècle, c'est actuellement l'hotel de ville de Florence ; toutes les salles ne sont donc pas accessibles. Mais ce qu'on en voit est suffisant puisque toutes les salles sont décorées de fresques sur les murs et de sculptures. On peut y voir notamment la salle des Cinq-Cents ou encore la salle des Lys avec des lys doré sur un fond bleu en référence aux liens entre l'Italie et la France. Toutes les salles ont leur plafond décoré, ce qui oblige à marcher la tête en l'air. La dernière salle est la salle des cartes géographiques qui sont des cartes du XVIe siècle peintes à l'huile permettant de voir la connaissance de la géographie à cette époque. Leur relevé était assez bon et on peut observer la France: à cette époque Clermont et Montferrand étaient encore deux villes bien distinctes, et Ambleteuse se prénommait vraissemblablement Hambletuel (spéciales dédicasses à ceux qui se reconnaîtront).

Jardin de Boboli Qu'est ce qui accompagne bien les palais ? Des jardins bien sûr ! Il y en a plusieurs dans Florence. Mais j'ai trouvé que cette ville manquait d'espace vert: aucune des rues du centre ville n'est bordée d'arbre, uniquement des pierres, du béton et du bitume. Je trouve ça un peu dommage d'autant plus que les jardins sont pour la plupart (si je ne me trompe pas) payant. Il faut donc sortir de la ville pour se promener dans des espaces verts (ou peut être s'éloigner du centre). Revenons à nos jardins (enfin quand je dis "nos", ce serait mieux de dire "ceux que nous avons visité"). Nous avons parcouru ceux qui vont de pair à la visite du Palais Pitti: le jardin de Boboli et le jardin Bardini. Le jardin de Bardini n'a rien d'exceptionnel, en plus il est en pente avec une seule et unique entrée/sortie (du coup il faut obligatoirement monter à un moment). Malgré tout il offre une très belle vue plongeante de Florence avec l'église de Santa Croce au centre du panorama. Le jardin de Boboli mérite nettement plus la balade que nous lui avons accordé. Il est adjacent au palais Pitti et présente une collection remarquable de sculpture qui vont de l'Antiquité romaine au XVIIe siècle. Il offre également une vue plongeante sur la ville avec le duomo et le campanile au centre du panorama lorsqu'on se rapproche du Belvédère.

Les dernières découvertes devront attendre demain... Mais en attendant, vous pouvez voir l'album photo ici.

Mercredi 11 avril 2007

Florence (1/3)

Juliette et Laurent à Florence Nous voilà de retour de notre week end pascal à Florence. Les voyages étaient assez longs puisqu'il nous a fallu environ 8 heures de train à chaque fois. C'est pourquoi la solution du train de nuit s'imposait. Ce n'est pas l'idéal car on y dort en généralement moyennement... ce qui s'est vérifié. Nous avons quand même tenu le coup les deux jours successifs au voyage, et nous sommes, en fin de compte, satisfaits de cette solution ! Florence était déjà sur notre liste de ville à faire lorsque nous sommes arrivés en Italie... et lorsqu'on a su que Lecce était surnommée la "Florence du sud", cela nous a encore plus donné envie d'y aller. Pour ceux qui se demandent pourquoi ce surnom... eh bien nous n'avons pas vraiment trouvé la réponse. Peut être à cause des façades des églises qui sont très travaillées dans les deux villes ? Si quelqu'un sait, qu'il ne se gêne pas pour nous laisser la réponse dans les commentaires.

Martini à Florence Pour ceux qui se le demandent, nous avons finalement dormi à l'Hotel Spagna qui est hotel deux étoiles banal. Il ne casserait pas trois pattes à un canard mais il est propre, l'eau de la douche est chaude, le lit est confortable, et surtout il est idéalement placé (à 2 minutes de la gare et à 5 de la place du Duomo). En plus, il n'est pas très cher, ce qui ne gâche rien. Dans le cas de Florence, un hotel situé dans le centre est très appréciable car tout est assez concentré dans le centre et facilement joignable à pieds.

Eglise de Santa Croce à Florence Florence est la capitale de la Toscane ("la plus jolie région de toute l'Italie" selon un toscan ;-) et peut être clasée parmi les grandes villes d'Italie puisqu'elle compte environ 500 000 habitants. C'est l'une des villes italiennes les plus visitées du fait de sa richesse culturelle et de son histoire. Quelques noms célèbrent raisonnent un peu partout dans la ville: Donatello, Michelangelo, (non il ne s'agit pas des tortues ninja), Giotto, Vasari, et Médicis. Les 3 premiers sont des artistes dont les oeuvres se retrouvent dans tous les palais et musées. Vasari fut un architecte débordé. Et les Médicis ont été les maîtres de la ville pendant 2 à 3 siècles. Les Florentins sont donc très proches des Français (?), ou inversement... D'ailleurs, ils ont pris le lys comme emblême, ça ne vous rappelle rien. Certes il est un peu différent de celui des rois de France et ils l'ont peint en rouge... mais tout de même. La ville est aussi jumelée avec la ville de Reims, tiens, tiens...

Ceci n'était qu'une mise en bouche et la suite viendra demain... Mais vous pouvez voir l'album photo ici.

Lundi 5 mars 2007

Kitesurf à Torre Chianca

Le beau soleil du week end accompagné de températures agréables (18°C) nous ont appelé dehors dimanche. Nous nous sommes dirigés vers "notre plage hivernale". C'est une grande plage de sable qui permet de se ballader en bord de mer, mais on n'y est jamais allé en été pour aller se faire dorer au soleil et profiter de la mer. Parfois à regret... mais c'est peut être dû au fait qu'il y a une grande partie de la plage qui doit être privée avec des lidos en été. Il faudra quand même qu'on y aille une fois en été ! Cette plage, c'est Torre Chianca à 15 minutes au nord est de Lecce.

Kitesurf à Torre Chianca Kitesurf à Torre Chianca Kitesurf à Torre Chianca

Hier, il y avait des kitesurf puisque le vent venait du bon côté ! On a marché jusqu'à eux et on a profité du spectacle pour s'assoir et prendre un bon bol d'air iodé. Il faisait des allers-retours le long de la plage et j'ai trouvé qu'il manquait un peu de saut... Mais le vent ne devait pas être assez fort et les vagues pas assez hautes. Je ne sais pas, je ne suis pas spécialiste :-) Mais c'est assez joli à voir toutes ces voiles colorées qui se croisent dans le ciel. En plus ça peut faire de jolies photos !

Lundi 18 décembre 2006

Retour du Telemark

Nous voilà de retour en Italie et sur le blog. Cette semaine fut très intéressante, mais aussi assez fatigante. Nous avons commencé par deux jours à Oslo, le temps de voir la représentante de l'Union Européenne pour juger le travail déjà fait lors du projet. Tout s'est bien passé et était satisfaite des résultats obtenus jusque-là... Cela veut dire que je n'aurais pas besoin de chercher un nouveau boulot avant 1 an et demi et la fin de mon contrat et du projet. Sinon, j'en ai profité pour faire découvrir rapidement Oslo à Juliette qui en était ravie. Elle a aimé et voudrait y retourner plus longtemps, en faisant un petit détour par les vrais fjords norvégiens ! Les températures étaient "légèrement" plus basses qu'en Italie (on a quand même perdu 10°C) mais on était prévenu.

oslo oslo oslo

Ensuite, nous nous sommes dirigés tous ensemble vers un chalet dans les montagnes du Telemark. Le voyage fut assez épique, surtout à l'arrivée lorsqu'il fallut monter vers le chalet alors que la route était enneigé. Les deux premiers mini-vans n'ont pas eu trop de problèmes, mais celui dans lequel on était s'est arrêté dans un virage et a mis du temps à repartir. Finalement quelques mètres plus tard, c'était à nouveau la même galère. On est donc descendu du van pour pousser (c'est lourd un mini-van !). En fin de compte, on a laissé partir le van avec seulement les bagages et le conducteur à bord, et les passagers sont arrivés en chalet en deux fournées de voiture. Une fois sur place, au programme, il y avait deux jours de travail et un jour de ski. Rien de mieux pour renforcer les liens entre tous alors qu'on est dispersé en Europe. L'ambiance était très bonne et le chalet était top: tout en bois, typiquement Norvégien (avec sauna et tout). On était entouré par les montagnes, au milieu de presque nulle part... en tout cas très loin de la civilisation (bonjour le décalage avec le retour en Italie et tous les portables qui sonnent). Enfin on avait quand même accès wifi pour internet. Comme à chaque fois qu'on se rencontre, c'est assez épuisant puisqu'on doit se lever tôt pour travailler, et on se couche tard pour partager autre chose que le travail. Les échanges culturels sont nombreux et intéressants puisqu'il doit y avoir plus de dix nationalités représentées !

Telemark Telemark Telemark

Tout au long de cette semaine, on a pu expérimenté le soleil qui se lève vers 10h et qui se couche avant 16h... tout cela sans monter très haut dans le ciel. C'est quand même assez déroutant puisqu'on a l'impression qu'il est toujours très tard. Mais bon, ce n'est pas insurmontable (au moins pour une semaine ;-) Il nous manque encore les fjords pour considérer avoir eu une vue d'ensemble de la Norvège...

Vendredi 13 octobre 2006

Back home in Lecce

Je n'ai pas eu le temps de mettre mon imper' et de prendre ma pipe pour jouer à Sherlock Holmes et d'autre part l'encrier de ma plume s'était asséché (cf com). Toute les bonnes choses ont une fin et je suis donc rentré aujourd'hui à Lecce. Ce ne fut pas de tout repos puisque mon premier avion partait de Londres à 6h40 du matin en direction de Rome. Sachant qu'il faut prévoir d'arriver au moins 2 heures à l'avance pour un vol vers l'Europe (voire un peu plus avec les contrôles de sécurité accrus à Heathrow), et qu'il faut 1h20 pour aller d'Oxford à l'aéroport par le bus. Avec ces contraintes, j'avais deux bus possibles pour partir d'Oxford: l'un à minuit et l'autre à 2h du matin. J'ai pris l'option "minuit" et je suis donc arrivé suffisamment en avance à l'aéroport... je n'étais pas le seul puisque les sièges des salles d'attente servaient de lit aux premiers arrivés. Bref, la nuit fut courte mais mon voyage retour s'est bien déroulé puisque mes avions sont arrivés à l'heure et mes bagages sont arrivés en même temps que moi !

C'est donc l'heure d'un petit bilan... Au cours de ces 31 jours à Oxford, j'ai écrit 26 billets sur ce blog (dont 16 les 16 derniers jours) et cela doit correspondre à ma meilleure moyenne ! De plus, j'ai eu plus de jours de ciel bleu que de ciel gris... comme le dit Marthe, j'étais un peu mauvaise langue mais c'est la réputation de l'Angleterre, je n'y peux rien. Grâce à ce ciel bleu, j'ai pu visiter Oxford à ma guise et prendre de jolies photos pour vous les faire partager. Au niveau de mon boulot, c'était intéressant puisque j'ai pu rencontrer de nouvelles personnes et échanger des idées avec les personnes concernées. Ce séjour à Oxford est donc totalement positif, de plus que je ne me suis jamais fait trempé sur mon vélo... il faut dire que le temps à la particularité de changer très vite: il peut y avoir du brouillard le matin, faire un grand soleil à midi, et pleuvoir des trombes d'eau le soir. De retour à Lecce, j'ai retrouvé Juliette et c'est une bonne nouvelle !! En ce qui concerne le blog, j'essaierai de garder le même rythme, mais ça risque d'être difficile puisqu'à force de vivre à un endroit, il y a moins de suprise chaque jour. Mais ne vous inquiétez, on sera encore très actif ici !!

- page 2 de 5 -

Callback not found for widget arlequin

Calendrier

« novembre 2008
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Partager