Et voilà, mon CDD s'est terminé après 3 ans comme assistante administrative et financière en Italie. Du coup, nous voici partis pour 4 mois de vacances. Certains diront congé sabbatique, d'autres, période sans salaire. Mais comment peut-on se permettre cela, alors que les journaux télévisés nous répètent que nous sommes en période de crise ? Ce n'est pas comme si nous roulions sur l'or et que, sur un coup de tête, nous avons pris un billet d'avion pour l'Australie.

Ce projet, nous y pensons depuis 4 ans, nous le préparons depuis 2 ans. Y rêver ne nous suffisait pas, nous avons donc provoqué l'occasion pour réaliser notre rêve. Conscients qu'aucun de nos potentiels futurs chefs ne nous accordera deux mois de congés consécutifs (la durée minimale pour s'imprégner de ce pays-continent), il a été naturel que nous devions projeter ce voyage entre 2 contrats de travail. Certains pourraient penser qu'on a de la chance de pouvoir prendre 4 mois de vacances, mais cette chance nous l'avons créée ! Nous avons économiser pour préparer et vivre ce voyage, nous avons aussi profiter de notre mariage pour le mettre au centre de notre liste. Mais bon il va quand même falloir compter et faire attention pendant ces 4 mois, peut être aussi pendant les mois suivants en fonction du travail que je pourrai trouver à Sydney. Déjà avec le salaire de Laurent assuré, nous nous jetons un peu moins dans l'inconnue.

Le risque est de s'habituer au bon temps, alors sans perdre de temps, j'ai mis mon CV à jour : première étape pour trouver un job à Sydney dès avril ! Mais ça fait un peu peur quand même de se retrouver sur le marché de l'emploi... je n'ai jamais bien aimé cela. Courage Juliette !