Après un passage à la pompe à essence et un regonflage des pneus, nous quittons Melbourne pour la Great Ocean Road. C'est sûrement l'une des plus belles routes du monde, sinuant le long de la côte escarpée et rocheuse de l'océan Pacifique. Cette fois, nous avons changé de stratégie: notre itinéraire et nos lieux d'étapes ont été préparés vendredi dernier dans les moindres détails, grâce à internet. Par sécurité, nous nous arrêtons tout de même à l'office du tourisme de Geelong pour avoir des conseils de locaux.

Puis, 2e arrêt devant la bibliothèque de la ville pour capter leur WIFI et mettre à jour le blog (hier nous avons bien essayé un WIFI payant au camping, mais ça n'a pas vraiment fonctionné). Enfin, nous nous sommes promené dans le centre en bord de mer. Les Bollards, 101 statues de bois, y sont disséminés. Telles des quilles en bois peintes, ces figurines représentent des personnages locaux: les musiciens de la fanfare, les sauveteurs en mer, les petits vieux, etc. Sympatique !

C'est dans la ville de Torquay que commence vraiment la Great Ocean Road... et c'est aussi le paradis des surfeurs. Le village n'est pas grand, mais compte des centaines de magasins d'équipement de surf, de prof de surf, de location de matériel, etc. A Bells Beach, nous voyons nos premier surfeurs en action: ils sont tous allongés sur leur planche à attendre la vague. Mais dès qu'une grosse vague se forme, certain se lancent: ils se mettent face au rivage, d'abord accroupis puis debous sur leur planche de surf.

Viens ensuite l'heure du pique-nique à Pointe Addis. Nous descendons sur une grande plage venteuse et nous voyons nos premiers pingouins. Tous petits, tous mignons, mais malheureusement ils sont morts, échoués sur la plage. En voiture ! Direction Lorne pour découvrir une cascade qui vaut le coup d'oeil, celle de Erskine. Mais là, le ciel blanc de la matinée se transforme en brume et crachin. Nous sommes un peu dégoûté car cela nous empêche de profiter de la splendeur des paysages et en particulier de la côte.

Du coup, s'arrêter aux points de vue de la route n'a que peu d'intérêt: c'est dans la brume. Nous préférons donc rejoindre rapidement Apollo Bay. L'objectif est d'arriver avant la fermeture de la coopérative des pêcheurs du port afin d'acheter du poisson frais: saumon et "gem fich" (que nous ne savons pas traduire en français). Sur la route, il y a eu un ralentissement, deux voitures arrêtées, ainsi que quelques piétons. Vue leur mine radieuse, il ne s'agissait pas d'un accident... en fait, un koala était au milieu de la route, immobile... mais vivant! Le moment critique stressant approcha alors: la recherche du terrain de camping à Cap Otway que nous avions repéré. Carte du parc national sous les yeux, nous nous écartons de la route principale, puis nous tournons sur une route qui se transforme en piste. Plusieurs dizaines de kilomètres plus tard, nous arrivons dans une impasse: 3 voitures, 2 tentes et un pipi-room. Voilà notre campement pour la nuit. Pas de douche, ni d'eau potable, ni de chasse d'eau aux WC. Et en plus d'horribles grosses mouches sont attirées par notre poisson frais... Malgré cela, nous passons une bonne soirée, au coeur de la nature.

geelong